Moly Sabata

information coming mainly from"Anne Dangar et Moly Sabata - Les sources chez Albert Gleizes" from André Dubois

"Tout d'abord, il convient d'admettre que tout de ce qu'on aperçoit séparé est foncièrement uni. Musique, peinture, sculpture, sont des modes d'une unique direction d'esprit... "
First , we should admit that everything that we see as separated is definitely united. Music, painting, scultpure are different modes of a unique spirit directionAlbert Gleizes - La forme et l'histoire

"L'artiste n'est plus séparé des autres hommes, il s'intègre au contraire dans une communauté où son action est aussi nécessaire que celle de ses compagnons de route."
The artist is not anymore sperated from other people, on the contrary, he is integrated into a comunity where his action is as necessary as the one from his companionspar René Deroudille 

"La passion pour l'exercice d'un métier que l'on aime est probablement le point central de Moly-Sabata"The passion for doing a job man loves, is probably the main point of Moly-Sabata par André Dubois 

In order to better undertsand and appreciate the mistery of Moly-Sabata, nine aspects are detailed here below :

 

Moly-Sabata's house

Moly-Sabata is a big house, Louis XVI style, listed, located on the border of the Rhône, in the South quarter of Sablons also called "Fond de sablons"( Sablons's bottom). This quarter was, long time ago, an important roman port. It had also been the historical center of Sablons, in front of the one from Serrières, at St Sornin, as shown by the location of the oldest embankment (now under the level of the Rhone water) and also the location of the oldest church, the Saint Ferreol old Church. The numerous swellings of the Rhône have now destroyed it. It's only remains a specific location used as a place, and called "cimetery". Sharing one border of this place, Moly-Sabata stands up, superb, unique, wall enclosed.

Due to its location, at the very border of the Rhone, Moly-Sabata, has been very often affected by the swellings, and this explains its name which means "wet feet"

This is now less frequent because a specific bypass channel has been built which made the Rhone more "quiet"


Moly - Sabata - the embankment



Moly and Sablons' bottom

during years 1940-50

As far as we know, Moly had been first a house for bargeman. Then it became a convent when streamboat appeared. More recently in 1890 it became a catholic school called "Ecole Paul Bertois et Bertrand Charmes", where Anne Dangar built up her "drawing and painting" school. This catholic school close in 1906 after the decision in France to separate Church and State in 1904.
But Moly-Sabata became really known due to Albert Gleizes initiative. First Gleizes who had decided to make it an artistic center in 1927, had rented it since 1927 then bought it in 1938. Gleizes hosted here number of artists from very diverse origin, in a sort of utopia. His goal was to offer them a mean for expressing their art, but also sharing their vision of art, whose bases had been set up by Gleizes.

Moly was destroyed by a fire in October 1983.
This artistic communauty recovered life when Gilka BECLU-GEOFFRAY cope it with during 1990's spring . It remains still active, under the management of the French Ministry of Culture and also the Albert Gleizes' foundation (foundation set up 23th Mars 1984 following Mme Gleizes intentions).

Moly-Sabata during Anne Dangar's period - 1930 - 1951

Life in Moly-Sabata from 1930 to 1951 had often been compared to a monastic one, with a very rought comfort.

It was also in line with Albert Gleizes' ideas which was to progressively merge art, life and faith in God.

Moly's artists was sharing Gleizes' strong convictions as expressed in his writings on Cubism and mainly :

The main artists who lived in Moly-Sabata were : Robert Pouyaud, Anne Dangar (potter), César Geoffray (musician, choir conductor), Jacques Plasse (weaver), Lucie Deveyle (weaver), Jean-Claude Libert (potter and painter), Geneviève de Cissey (potter).

The list of Moly-Sabata's residents during Dangar's period

Every first Sunday of September, Moly used to offer a spectacle to neighbours and friends. Such spectacle became year after year the "Moly's party". There César Goeffray used to conduct a choir, and Anne Dangar, et Lucie Deveyle prepared costumes. Some musical friends used also to join the pary.

Moly hab also been a training centre for young people living close to Moly : it was called the "Rhône workshop" and was managed every Thursday by Anne Dangar.

Il est claire que cette communauté a réalisé un travail en profondeur, sincère et dont l'éclat apparaît réellement plus dans le comportement de ces artistes et leur liens avec la société, plutôt que réellement dans les résultats mesurables de leur travail.

Moly-Sabata décrit par les artistes qui y ont vécu

Quelques citations qui décrivent pleinement Moly :

par Dom Angelico Surchamp dans "Anne Dangar - Lettres à la pierre qui vire"


Moly vu de Serrières (3)

Cette longue maison"construction Louis XVI, avec perron et balcon charmant", ainsi que la décrivait Albert Gleizes à Robert Pouyaud en 1927, est non seulement admirable, mais bouleversante : c'est un véritable bateau ancré au bord du Rhône; au coude de ce dernier, les flots passent avec puissance car le courant vient, en raison même de ce virage, frôler la demeure. Cette longue horizontale, accrochée au quai, à l'extrémité sud de Sablons, face aux contreforts de l'Ardèche, reste inoubliable pour qui l'a vue, ne serait-ce qu'une seule fois...

 


La grande salle de Moly

 

... Une maison de rêve, telle était Moly. La grande salle, avec ses murs chargés de toiles d'Albert Gleizes, ses tables et ses rayons couverts de poterie d'Anne Dangar et des tissages de Lucie Deveyle, était une féerie

 

par René Deroudille (repris dans "Musique vivante avec César Geoffray" - Collection "Musique vivante 1965")


Moly - Sabata - Le balcon et le quai

Que de rêves, de projets, de créations on t été réalisés en ses murs et combien se révèle juste ici l'affirmation du poète qui osait écrire que l'on "entre en peinture comme on rentre en religion".*Le vieux portail a balayé les herbes folles et dans le jardin plein "d'odeurs légères", à deux pas du four où Anne Dangar a cuit ses plus belles pièces, face au grand atelier où Albert Gleizes a mûri lentement son oeuvre, on songe aux vertus de la retraite, aux sources de joie et de labeur qui ont surgi depuis les premiers jours de la grand maison rhodanienne.

Robert Pouyaud, Anne Dangar, César Geoffray, Jacques Plasse, Lucie Deveyle, Jean-Claude Libert ... combien d'œuvres différentes et vraies ! combien d'incarnations diverses d'un même esprit !

C'est à Moly Sabata que que les idées capitales d'Albert Gleizes prennent toutes leurs richesses et leurs résonances.

 

Bibliographie

La Bibliographie concernant Moly-Sabata est relativement réduite, la difficulté principale résidant à chercher dans la bibliographie de Gleizes ou des artistes y ayant résidé (Anne Dangar ou César Geoffray notamment), des informations à ce sujet.

ARTICLES de Gleizes sur ou concernant Moly-Sabata:

Albert Gleizes. Le cubisme en majesté (p.208-209)

Réunion des Musées Nationaux
Sous la direction de Christian Briend
Un volume de 240 pages - 23,5 x 29,5 cm - Broché - 200 illustrations couleur
Parution le 30 avril 2001

Anne Dangar et Moly Sabata - Les sources chez Albert Gleizes
par André Dubois - Edition originale 1971 - Réédité par Association des Amis d'Albert Gleizes, 1997 puis réimprimé 1998. Disponible actuellement (2001) au Musée des beaux arts à Lyon à l'occasion de l'exposition "Le cubisme en Majesté"

Moly-Sabata ou le Retour des Artistes au Village, A. Gleizes, Sud-Magazine, Marseille,numéro 1021, Juin 1932.

Le groupe de l'Abbaye. La Nouvelle Abbaye de Moly-Sabata.
A. Gleizes, Cahiers Américains, Paris, New York, numéro 6, Hiver 1934, pp. 253-259.

Signification humaine du Cubisme
A. Gleizes, Sablons, Moly-Sabata, 1938. Conférencefaite au Petit Palais à Paris, le 18 Juillet 1938 (il est question de Moly-Sabata).

La Terre et les Métiers Manuels dans Vie et Mort de l'Occident Chrétien
A. Gleizes, Editions de Moly-Sabata, Sablons, 1930, paru d'abord dans les Cahiers de l'Etoile (1928-1929).

Art et Production
A. Gleizes, Conférence faite à Varsovie à l'ambassade française, pour les Unions Intellectuelles, le 24 Avril 1932. Publié aux Editions Présence à Chambéry en 1970.

Introduction de Puissances du Cubisme
St Rémy de Provence, février 1944. Publié aux Editions Présence en 1969.


Se référer aussi à toute la littérature à propos d'Anne Dangar ou même les écrits de cet artiste.


Les publications de Moly-Sabata

Suite de sons et de couleurs, conjointement écrit par Geoffray et Pouyaud. C'est un album de 41 cm sur 32 cm comportant 18 pages, non numérotées. Trois compositions de Robert Pouyaud, exécutées au pochoir, l'illustrent. Il porte les caractères de l'art de Moly-Sabata

A.Gleizes édita quelques uns de ses écrits à Moly-Sabata, notamment:

Les expositions de Moly Sabata

Les artistes de Moly ont tous participé à la fête annuelle de celle-ci lors desquelles l'ensemble des œuvres étaitent présentées. La première a eu lieu en avril ou mai 1932 (selon la lettre d'Anne Dangar à R. Pouyaud, 20 Février 1932). Elles regroupaient les gens de la région de 200 à 400 personnes selon les années.

En dehors du périmètre immédiat de Moly, les artistes de Moly exposèrent dans les grandes villes avoisinnantes:

La galerie Styl Clair (puis Folklore), créée par Marcel Michaud en 1935, fut pour Anne Dangar et plus globalement pour l'ensemble des artistes de Moly, un lieu privilégié d'exposition.

Le rayonnement de Moly ira même audelà de ce périmètre. Notons par exemple les expositions suivantes :

Accueil